Actu / News Citoyenneté Ecologie /EDD

Enquête : les jeunes plus soucieux de la Planète que du marché du travail 

L

Les jeunes sont globalement satisfaits (8 sur 10) de l’éducation qu’ils ont reçue et ils jugent que leurs enseignants étaient en mesure de leur transmettre des compétences et des connaissances utiles mais ils voudraient plus de diversité des formes pédagogiques, que davantage de place soit faite aux technologies de l’information et de la communication et au travail collaboratif, et que soient plus développées leur créativité et leur curiosité.

Ils croient en leur responsabilité pour améliorer la situation de la planète mais ils n’attendent pas nécessairement de la seule école les moyens de devenir des citoyens responsables, ils comptent aussi leurs expériences et leurs compétences personnelles. Quel que soit le pays, 50% d’entre eux sont convaincus que leur pays recherche l’égalité filles – garçons sur le marché du travail.

Les jeunes les plus satisfaits de leur école ne sont pas obligatoirement ceux des pays qui ont les meilleurs scores au test PISA et dans les évaluations internationales. Tous considèrent que l’essentiel est lié au développement de leur personne, de leurs compétences personnelles et n’est pas nécessairement lié à la seule possibilité d’obtenir un emploi.

L’enquête* montre aussi que les jeunes pensent qu’il n’y a pas suffisamment de place faite aux « soft skills », les compétences personnelles, et ils préfèrent « se préparer à l’avenir » qu’au marché du travail. Ils sont d’ailleurs 87% à sentir avoir « la responsabilité d’améliorer le monde ». Mais s’y sentent-ils préparés ? Oui à 64% pour s’occuper de soi, 58% pour s’occuper des autres, 56% pour trouver une carrière, mais ils sont seulement un sur deux à avoir le sentiment de pouvoir agir sur les différentes inégalités, celles entre filles et garçons notamment. Une majorité d’entre eux pense qu’il faut renforcer l’efficacité de l’école pour rendre effective l’égalité filles et garçons.

Les formes de la mobilisation ne passeraient plus par des engagements traditionnels mais est-ce la fin de l’engagement politique ? une question soulevée par les enquêteurs. « Ce serait aller trop loin », estime IPSOS »car par exemple, dans le choix de l’employeur, ils prennent en compte des critères et des valeurs qui leur importent le plus et ils veulent trouver des moyens de s’engager comme citoyens et pour améliorer le monde qu’ils habitent ».

L’étude IFOP pour le WISE ici, met toutefois aussi l’accent, en France, sur une préparation insuffisante à l’emploi.Quelque 9 500 jeunes âgé de 16 à 25 ans dans vingt pays à travers le monde ont été interrogés.