Actu / News Bac & co Examens

Les trois scénarios pour le Baccalauréat 2020

https://twitter.com/i/status/1243518122012946432

Garder le bac comme prévu, tout passer en contrôle continu, ou trouver une solution mixte, c’est l’orientation retenue par les syndicats.

Faut-il tout passer au contrôle continu ou adapter les épreuves ? Synthèse des points de vue des syndicats

Du côté du SNES-FSU, « on n’est pas pour l’idée d’un contrôle continu tous azimuts », auquel on préfère la « solution mixte » évoquée par le ministre, « sauf si le bac peut se tenir normalement » qui évoque plusieurs types d’aménagements possibles : « alléger le programme d’un tiers et on avertit les élèves, début mai maximum, qu’ils ne seront interrogés que sur tel ou tel chapitre, ce qui soulagera aussi leurs révisions » ; voir si on peut basculer certaines épreuves prévues à l’écrit à l’oral, car c’est « moins lourd à organiser et plus rapide car il n’y a pas toutes les corrections derrière », et, pour les disciplines dont les coefficients sont les plus faibles, « demander peut-être des contributions sur dossier » ; proposer plusieurs sujets pour chaque écrit, car les enseignants n’auront pas tous abordé les mêmes notions.
Pour le SE-UNSA : délivrer le diplôme en s’appuyant sur le contrôle continu apparaît à l’inverse l’option la plus adaptée . En prévoyant néanmoins des dispositifs, comme « des épreuves de rattrapage – des oraux par exemple – pour ceux dont le contrôle continu n’a pas été jusqu’à maintenant satisfaisant ».
SGEN-CFDT : position assez partagée , pour qui les examens « peuvent être assez largement validés sur contrôle continu et sur dossier ».
En synthèse : « Pour une fois, il faudrait sortir avec une position commune et qui aurait l’adhésion de la profession », « Que nous soyions nombreux à partager un consensus. Il ne devrait pas y avoir de position dogmatique : nous ne sommes pas sur la construction d’une réforme, mais sur la recherche de solutions pour parer une situation exceptionnelle. »

L’organisation du bac – tout comme des BTS d’ailleurs – est en effet l’une des priorités sur lesquelles travaillent les syndicats avec le ministère. « C’est le gros questionnement, car il faut que les élèves aient leur diplôme », commente Stéphane Crochet. « Or, on voit bien que le confinement va durer et qu’il ne va pas être possible de le passer avec les sujets déjà prêts, alors que l’on risque un mois à un mois et demi de manque. »

« Bac au rabais ? Non bien sur. Que chacun se rassure, le bac est diplôme qui atteste d’un niveau atteint par un-e candidat-e. Aujourd’hui, l’équation personnelle, le projet individuel, la motivation ont une valeur plus importante pour le diplôme lui-même. »

Philippe TOUZEAU-MENONI Directeur de publication – Editions E.P.I.C.U.R.E.