Connecté ! Economie

Objets connectés : des « plus » et des « moins »

Montre, brosse à dent, pèse-personne, vêtement, réfrigérateur, voitures… Autant d’objets de notre quotidien devenus «! objets connectés!», c’est-à-dire capable de collecter des informations par l’intermédiaire de capteurs et de les transmettre à un service en ligne ou à une application pour établir un carnet de suivi.

Ces objets touchent pour beaucoup au domaine du bien-être. Ils permettent une prise de conscience de ses habitudes en suivant son alimentation, son poids, son activité sportive, sa santé mais aussi d’interagir avec son domicile à distance.

Le mode de fonctionnement de ces objets alimente le « Big Data » avec une quantité exponentielle d’informations personnelles collectées. De nombreuses interrogations sont ainsi soulevées notamment sur la sécurité, le stockage, et le traitement de ces données mais aussi sur le respect de la vie privée.

Des réactions contrastées

Les objets connectés provoquent deux types de réactions diamétralement opposées. Tantôt un fort engouement, tantôt un rejet total :
les « pro » mettent en avant les bénéfices apportés par ces objets dans leur vie quotidienne! : bénéfices sur leur santé, bénéfices écologiques ou encore économiques. Par exemple, les applications sur smartphone comptant le nombre de pas parcourus dans une journée incitent à pratiquer une activité sportive, surtout lorsque entre amis sont organisés des défis hebdomadaires. De même, les voitures connectées incitent à adopter une conduite raisonnée entraînant une diminution de sa consommation de carburant.

Les « anti », quant à eux, opposent des arguments sur la fiabilité des données enregistrées, leur sécurité, et s’inquiètent des conséquences éventuelles sur leur vie privée.

Un enjeu économique

Par ailleurs, l’analyse et l’exploitation des données collectées participent à faire évoluer les stratégies d’entreprise en :

  • dressant des profils de consommateurs ou d’utilisateurs permettant ainsi d’améliorer la qualité des produits et services,
  • permettant une adéquation plus grande entre l’offre et la demande
  • assurant une gestion plus efficace des systèmes de soin.
  1. Ainsi, certaines assurances santé, véhicule ou habitation proposent déjà une diminution des primes aux utilisateurs d’objets connectés. Ces incitations financières reçoivent par ailleurs un écho favorable dans un contexte économique difficile.
  2. à relever Le « Big Data » est source de bouleversements profonds de notre société. L’économie numérique ne peut se développer que dans un climat de confiance réciproque entre les différents acteurs. La sécurisation des données en est la base indispensable. Il est donc nécessaire de s’interroger sur l’accès aux données : 1- qui? 2- avec quels droits (simple consultation, modification, suppression, transfert…) ?
  3. – l’accès doit-il être limité dans le temps ? Face aux nombreuses menaces pesant sur les systèmes et réseaux d’information (piratage informatique, fraude, pertes de données…) des solutions restent encore à inventer pour préserver le respect à la vie privée inscrit dans la loi.

QU’EST-CE QUE LE BIG DATA ?

Big data signifie littéralement mégadonnées. Ce terme dé- signe des ensembles de données si volumineux que des outils de base de données classiques ne sont plus en mesure de les traiter et nécessitent d’autres technologies (https:// fr.wikipedia.org/wiki/Big_data) D’après le magazine « Le big data », 2,5 trillions d’octets de données produites chaque jour .